À Sainte-Tulle, le Parc du Luberon forme des jardiniers municipaux à des pratiques plus respectueuses de l'environnement

Les enfants du Centre de Loisirs sensibilisés à l'environnement

Les enfants du centre de loisirs sont allés à la découverte d'un monde sans pesticides au cours de la visite de l'exposition "Zéro pesticides dans nos villes et villaeges" installée dans le hall du théâtre. Une visite guidée par Stéphane Estrang, responsable du service environnement à la Mairie de Sainte-Tulle, pour sensibiliser les  jardiniers en herbe que sont les enfants. Ils ont pu parcourir l'exposition, répondre à un questionnaire adapté spécifiquement à leur âge et repartir avec un guide du jardinage sans pesticides à ramener à la maison pour informer leurs parents.

Une visite appréciée de tous qui donne les clés pour comprendre les nouvelles directives en matière d'usage des pesticides à l'échelle de la commune, mais aussi à l'échelle individuelle.

Vous pouvez parcourir l'exposition de façon virtuelle ci dessous

 

 

« Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages du Luberon. »

Les produits phytosanitaires, (communément appelés pesticides) ont mauvaise réputation, et pour cause !
Ils représentent un danger non seulement pour les utilisateurs (agriculteurs, agents des collectivités, jardiniers amateurs) mais aussi pour l’environnement et la biodiversité. Et pourtant, la France est le 1er consommateur européen ! C’est pourquoi le gouvernement a mis en place en 2008, à la suite du Grenelle Environnement, un plan Ecophyto, visant à réduire progressivement leur utilisation. Le Parc national du Luberon a repris l’idée en intitulant son programme « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages du Luberon. »

S’inscrivant dans ce programme, la commune de Sainte-Tulle, a déjà largement réduit son utilisation de produits phytosanitaires. Rappelons que notre commune, de par la présence de nombreux cours d’eau et canaux, est particulièrement vulnérable à ce type de pollution. Elle a donc souhaité mettre en place un plan de gestion différenciée des espaces verts.

Il s’agit de hiérarchiser les espaces en fonction de leur usage, de leur situation, et de leur importance, afin de déterminer les endroits qui doivent absolument être désherbés, ceux qui en ont besoin de manière moins fréquente, et ceux qui peuvent rester enherbés. (On ne peut s’empêcher de penser à la chanson de Brassens qui fait parler la mauvaise herbe :

« et je m’demande pourquoi, mon Dieu, ça vous dérange que j’vive un peu… »

On appelle cela le désherbage alternatif. Il permet à la commune d’effectuer des choix sur les espaces prioritaires. A cette fin, un audit détaillé des espaces verts sera effectué par un bureau d’études. Il sera financé par l’agence de l’eau à hauteur de 50% et par le Conseil Général du 04 à hauteur de 30%. Une fois l’étude terminée, l’achat du matériel nécessaire sera également financé dans les mêmes proportions par les 2 acteurs. L’audit devrait commencer vers le mois d’octobre. Il déterminera également le mode de désherbage approprié à notre commune. Il peut être curatif, c'est-à-dire qu’on intervient quand l’herbe a déjà poussé, en utilisant la main (mécanique), ou une machine thermique ; ou préventif : dans ce cas, on empêche l’herbe de pousser, grâce à un paillage minéral ou végétal (copeaux de bois par exemple), ou en utilisant des plantes couvre-sol. L’audit s’attachera également à chiffrer les coûts induits par le programme (temps de travail des agents, achat éventuel de matériel).

Un cocorico pour finir : le centre national de formation de la fonction publique (CNFPT) a demandé à Sainte-Tulle, à l’occasion d’une formation sur la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, de venir témoigner en tant que commune qui se distingue par son engagement particulier dans la démarche.