La mairie a commandé à un arboriste conseil (FMAC) une expertise sur les arbres de la commune, dans le but d’établir un diagnostic sur leur état global de santé et leur dangerosité, et de recueillir des recommandations conditionnant leur maintien. L’étude a été effectuée au mois de février et a porté sur 49 platanes, dont la majorité se trouve sur l’esplanade Max Trouche.

La méthode

Il s’agit de rechercher des éléments comme les blessures, les cavités ouvertes, la présence de champignons et de bois mort ; les fissurations, inclinaisons, mauvaises fourches, et signes de dépérissement, afin d’en évaluer la gravité et la dangerosité. Outre l’observation visuelle, plusieurs instruments sont utilisés comme les maillets en bois (pour révéler la sonorité d’un tronc), la boussole (pour connaître l’influence des vents dominants), le décamètre (pour mesurer le diamètre) et le dendromètre (pour en mesurer la hauteur).

Les résultats

L’expert a conclu que la majorité des arbres présentait un manque de vigueur en partie dû à la nature du sol, très compacté, limitant le développement des arbres. Ce manque de vigueur entraine une moindre défense des arbres par rapport à des bioagresseurs tels que les champignons lignivores. 23 arbres sur 36 sont atteints de Massaria, un champignon microscopique qui atteint les branches des arbres affaiblis, colonise leur aubier, provoquant ainsi le dépérissement puis la mort des branches. Certains arbres ont subi au fil du temps des blessures importantes jamais refermées, aggravant le dépérissement. En matière d’espérance de maintien, la grille d’évaluation est la suivante :


0 = abattage immédiat
2 ou 3 = avenir très compromis, abattage pouvant être différé de 2 ou 3 ans
5 = peu d’avenir à brève échéance
10 = avenir compromis à moyen terme
15 = normale.


Sur l’esplanade, seulement 3 arbres ont obtenu un 15. 27 ont reçu un 10, et 6 un 5.
Les préconisations de l’expert portent essentiellement sur les tailles et nettoyages à effectuer, de manière très précise, arbre par arbre.


Les intempéries du printemps ont causé des dégâts : 2 arbres ont récemment nécessité une intervention en urgence due à la chute d’une charpentière : le 1er sur l’esplanade, le 2ème avenue Léo Lagrange.
De nombreux travaux d’entretien, essentiellement coupe de bois mort et taille de branches, se sont révélés nécessaires suite au diagnostic de l’expert.


Les espaces verts en chiffres

5 agents à temps plein, spécialisé chacun dans une discipline, comme la tonte ou l’arrosage
45000 m2 de gazon à tondre
2500 m2 de massifs floraux et d’arbres et  5 ha d’espaces naturels à entretenir
1500 m linéaires de haies à tailler
20 km de voirie à élaguer
1100 arbres : en 2003, il y en avait 900. C’est dire que malgré les abattages rendus nécessaires pour des raisons de sécurité, le nombre a augmenté. Chaque arbre abattu est replanté.